Pétrole : Semaine cruciale en vue avec la réunion de l'OPEP Jeudi

Pétrole : Semaine cruciale en vue avec la réunion de l'OPEP Jeudi

Investing.com  | 02/12/2019 13:49

Alors que le pétrole était écrasé vendredi par la suggestion de la Russie selon laquelle l'OPEP ne devrait pas envisager d'étendre les réductions de production lors de sa réunion de cette semaine, Bloomberg a publié un article rappelant au marché ce que l'Arabie saoudite attend des membres et alliés de l'entente : le respect des réductions qu’il ont déjà approuvé.

Cependant, ce que le ministre russe de l'Énergie, Alexander Novak, et son homologue saoudien, Abdulaziz bin Salman, espèrent réaliser lors de la réunion des 5 et 6 décembre semble différent. Pourtant, les deux ont des objectifs similaires : Réduire le stress pour les opérations pétrolières de leur pays et peut-être - c'est possible - faire grimper les prix du pétrole brut aussi.

Mais ce qui rend l'aspiration saoudienne plus difficile, c'est qu'elle a besoin de l'aide de la Russie pour continuer à manipuler la production et les prix mondiaux du pétrole.

Moscou, en revanche, se trouve dans une situation tout à fait différente.

Se situant entre le premier producteur de pétrole, les États-Unis, et la troisième place, l'Arabie saoudite, la Russie n'est qu'un simple allié dans le groupe élargi de l'OPEP+ - pas un membre.

Elle choisit de coopérer avec l'Arabie saoudite parce qu'elle le veut, et elle est libre de décider si elle veut réduire sa production maintenant ou plus tard et de combien, indépendamment des promesses faites au royaume.

Les Saoudiens font pression sur les Russes

En exerçant une influence massive sur le secteur privé russe, l'administration Poutine est en mesure de faire ce que l'administration Trump ne peut faire avec l'industrie pétrolière américaine indépendante.

Les Saoudiens n'ont guère d'autre choix que de faire confiance au président russe Vladimir Poutine pour livrer moins de barils sur le marché - ce que le président américain Donald Trump refuse de faire de toute façon parce que la hausse des prix du pétrole pourrait nuire à l'économie américaine et ses chances de réélection en 2020.

Mais en se tournant vers Poutine pour obtenir de l'aide, les Saoudiens suivent aussi les caprices du président russe, qui peut simplement dire aux Saoudiens d'aller fermer leurs propres robinets.

Selon l'article de Bloomberg publié vendredi, Abdulaziz devrait profiter de sa première réunion de l'OPEP en tant que ministre saoudien du pétrole pour signaler qu'en tant que producteur dominant de l'entente, Riyad n'est plus disposé à compenser le non-respect par les autres membres des réductions convenues.

L'accord actuel prévoit une réduction de 1,2 million de barils par jour (b/j) à l'échelle de l'OPEP, un objectif que les Saoudiens disent avoir atteint plus que tout autre membre ou allié du cartel.

La liste saoudienne de suspects pour surproduction au sein de l'OPEP contient les mêmes depuis les trois dernières années : L'Irak, qui a produit pendant quelques mois cette année près de 4,8 millions de barils par jour par rapport à son quota de 4,51 millions, et le Nigeria, qui a pompé 1,8 million de barils par jour contre 1,68 million promis.

Le Kazakhstan, qui a accepté une limite de 1,86 million de barils par jour, a été ajouté à la liste cette année, produisant près de 1,95 million de barils par jour.

Selon les données de Reuters, la surproduction russe s'élevait à environ 70 000 barils par jour, en partie pour compenser l'arrêt de mai-juin de l'oléoduc Druzhba, où Moscou a perdu quelque 19 millions de barils.

Bien qu'elle ne perturbe pas autant le pacte OPEP+, la participation de la Russie à ce plan est toutefois cruciale pour la confiance du marché, étant donné sa position de deuxième producteur mondial de pétrole. Le pacte OPEP+ expire en mars et les Saoudiens espèrent obtenir une prolongation jusqu'en juin lors de la réunion de cette semaine.

Le prix du pétrole dans l'attente de la décision russe sur l'OPEP+

Pétrole brut WTI

Si Moscou exprime encore une fois son indifférence face au plan saoudien, les prix du pétrole pourraient chuter encore de 4% ou plus comme la semaine dernière. Le pétrole brut est toujours en forte hausse sur l'année, avec une hausse de 23% pour le WTI aux États-Unis et de 14% pour le Brent au Royaume-Uni.

Pourtant, si l'OPEP ne continue pas à réduire sa production, il est difficile d'imaginer que ces gains se maintiendront.

Selon des gens qui connaissent bien la pensée saoudienne, Abdulaziz essaiera de faire pression sur les contrevenants en série de l'OPEP pour qu'ils appliquent les réductions de barils qu'ils se sont engagés à maintenir.

Mais Riyad sera-t-elle en mesure de faire de même avec Moscou et d'espérer des résultats similaires ?

Pour éviter un effondrement du marché, les Russes pourraient adhérer au plan saoudien

Peut-être les Saoudiens n'auront-ils pas à mener une telle guerre avec les Russes après tout. En effet, malgré le drame créé par Moscou, il est possible que la Russie accepte d'ici la fin de la semaine de prolonger les réductions de production de l'OPEP+ jusqu'en juin.

Nous avons déjà vu Poutine à ce genre de carrefour auparavant et nous l'avons vu se ranger du côté de l'OPEP à la fin. Il y a une chance qu’il agisse de nouveau ainsi. Déjà, Novak a suggéré une solution de détournée en proposant de changer la façon dont la production russe est calculée.

Le ministre russe de l'énergie a déclaré la semaine dernière que Moscou a inclus les condensats - un type de brut léger de haute qualité, principalement extrait pendant la production de gaz - dans ses données de production, ce qui a augmenté les chiffres globaux. Si l'on soustrait ce chiffre, peut-être que les Russes recommenceront à se conformer aux exigences de l'OPEP+.

De cette façon, les Russes et les Saoudiens seront heureux et le marché sera heureux de croire à cette histoire.

Pour les Saoudiens, tous les chemins mènent à l'introduction en bourse d'Aramco

Le point de vue du marché sur la réunion de l'OPEP de cette semaine est crucial pour les Saoudiens en raison de leur besoin urgent de continuer à augmenter les prix du pétrole dans le cadre des travaux en cours pour inscrire leur compagnie pétrolière nationale Aramco en bourse.

Ce n'est pas un hasard si le prix du premier appel public à l'épargne d'Aramco est annoncé le 5 décembre - le jour de l'ouverture de la réunion de l'OPEP - afin de maximiser l'impact de l'introduction en bourse et de faire pression pour que le résultat soit favorable à la société.

Il n'est pas difficile non plus de comprendre pourquoi les Saoudiens ne veulent plus subir de coupes pour compenser les surproductions des membres récalcitrants de l'OPEP - parce que tout ce fardeau incombera à Aramco.

Contrairement à ce qui s'est passé dans le passé, lorsqu'elle a procédé à des coupes sombres pour contenir les prix du pétrole, Aramco doit maintenant optimiser sa propre production dans le cadre des contraintes de l'OPEP afin de créer un bilan sain pour ses investisseurs.

Les tendances mondiales et les prévisions ne s'alignent pas encore sur les plans saoudiens

En l'état actuel des choses, les tendances et les prévisions mondiales ne semblent pas très prometteuses pour ce que les Saoudiens ont en tête. Selon un sondage réalisé la semaine dernière par Reuters auprès de 42 économistes et analystes, le Brent devrait atteindre en moyenne 62,50 $ l'an prochain, ce qui est peu différent des perspectives de 62,38 $ d'octobre.

Les perspectives de production de l'OPEP reflètent un excédent d'environ 70 000 bj l'an prochain. Selon les analystes, la croissance de la demande devrait se situer entre 0,8 et 1,4 million de bj l'an prochain.

"L'OPEP+ se trouve dans une position peu enviable, luttant pour soutenir les prix face à la faible croissance de la demande, à la fragilité du sentiment du marché et aux gains importants de l'offre hors OPEP", a déclaré Fitch Solutions dans un commentaire vendredi.

Investing.com

Lire Aussi

Derniers commentaires

Laisser un commentaire
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.
Forum
Ecrire une réponse...
Veuillez attendre une minute avant de soumettre un nouveau commentaire.

Négocier des instruments financiers et/ou des crypto-monnaies implique des risques élevés, notamment le risque de perdre tout ou partie de votre investissement, et cela pourrait ne pas convenir à tous les investisseurs. Les prix des crypto-monnaies sont extrêmement volatils et peuvent être affectés par des facteurs externes tels que des événements financiers, réglementaires ou politiques. La négociation sur marge augmente les risques financiers.
Avant de décider de négocier des instruments financiers ou des crypto-monnaies, vous devez être pleinement informé des risques et des frais associés aux transactions sur les marchés financiers, examiner attentivement vos objectifs de placement, votre niveau d'expérience et votre tolérance pour le risque, et faire appel à des professionnels si nécessaire.
Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ni précises. Les données et les prix sur affichés sur le site Web ne sont pas nécessairement fournis par un marché ou une bourse, mais peuvent être fournis par des teneurs de marché. Par conséquent, les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels sur un marché donné, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et non appropriés à des fins de trading. Fusion Media et les fournisseurs de données contenues sur ce site Web ne sauraient être tenus responsables des pertes ou des dommages résultant de vos transactions ou de votre confiance dans les informations contenues sur ce site.
Il est interdit d'utiliser, de stocker, de reproduire, d'afficher, de modifier, de transmettre ou de distribuer les données de ce site Web sans l'autorisation écrite préalable de Fusion Media et/ou du fournisseur de données. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés par les fournisseurs et/ou la plateforme d’échange fournissant les données contenues sur ce site.
Fusion Media peut être rémunéré par les annonceurs qui apparaissent sur le site Web, en fonction de votre interaction avec les annonces ou les annonceurs.

English (USA) English (UK) English (India) English (Canada) English (Australia) English (South Africa) English (Philippines) English (Nigeria) Deutsch Español (España) Español (México) Italiano Nederlands Português (Portugal) Polski Português (Brasil) Русский Türkçe ‏العربية‏ Ελληνικά Svenska Suomi עברית 日本語 한국어 中文 香港 Bahasa Indonesia Bahasa Melayu ไทย Tiếng Việt हिंदी
Déconnexion
Voulez-vous vraiment vous déconnecter ?
NonOui
AnnulerOui
Sauvegarde des modifications

+